The Hustler\'s rhymes

The Hustler\'s rhymes

LES BENITES

LES BENITES

Je ne pensais pas qu’on pouvait descendre si bas :

Cesser de végéter et mourir sans trépas,

Dissolvant son âme dans l’espoir des aubes meilleures,

Les siens suçant la sève de singulières horreurs.

 

Ce beau ciel bleu sur les visages meurtris fait peur.

Même si on ne dit mot, immense est la douleur

Des coïts ponctuels pour les siens ou un souteneur

Dans un fourgon aménagé par l’encadreur.

 

Ces mâles et ces femelles rayonnent de dix mille feux

Malgré la lourdeur des holocaustes malheureux.

Nos frères qui n’ont plus de membre à tendre, on maudit ;

 

Nos sœurs qui s’offrent et pour nous souffrent, on bénit.

Un regard complice, des destinées corrompues ;

Une vie de noble aux obsèques des vertus.



24/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres