The Hustler\'s rhymes

The Hustler\'s rhymes

LETTRE A YANIS

 

Le savais-tu ,fils,

Que les couloirs de la justice

Sont tapissés d'ingratitudes

Et s'achèvent dans d'incroyables solitudes?

 

Naturellement du Bien et du Mal, l'homme vit.

Pour qu'il nage dans le fleuve de biens, il prie.

Car sans son Dieu, il n'est rien

Et vers lui le malheur vient.

 

Ris, si mes paroles t'amusent

Au vu des échecs qui fusent;

Mais sache que Sa principale ruse

Est de laisser croire que faire le Bien plus que le Mal épuise.

 

Et ce sera épuisant, je t'assure,

De devenir un jour une âme pure.

Seulement, au bain dans le Livre Saint, les liens

Séduisants de l'outre-tombe s'évaporeront pour ton Bien.

 



03/04/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres